Comment je suis devenu un fervent défenseur des Frères Muller (2)

Publié le par TALLOT Benoit

Les lanternes étaient vraies…

 

 

 

 

 

De toutes les couleurs et de toutes les formes et toutes étaient authentiques. La décision de justice rendue en mars 2005 et une recherche de crédibilité professionnelle ont eu raison des marchands de contrefaçons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 15 Août 2005, comme tous les ans depuis qu’un brocanteur malhonnête a tenté de me vendre une copie signée « Muller Frères », je retourne sur les lieux de cette forfaiture : une des plus grande foire à la brocante et aux antiquaires du sud de la France. Tous les ans je dénonce cette escroquerie qui consiste à « vendre des vessies pour des lanternes » à des amateurs abusés en leur assurant qu’ils font une bonne affaire. Tous les ans je m’insurge contre la malveillance manifeste de certains antiquaires et brocanteurs achetant en toute conscience pour quelques euros des tulipes, coupelles, lustres… made in Roumanie signés « Muller Frères » afin de nous les revendre plusieurs centaines d’euros en tant que… made à Lunéville dans la première moitié du XXe siècle! Tous les ans je fait retirer des étals ces « faux Muller » grâce au concours des experts de la foire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 15 Août 2005: les lanternes sont vraies, je n’ai trouvé aucunes copies sur les stands des exposants ! Tous les « Muller » qui y figurent ont bien été produits par les célèbres frères verriers lunévillois. Les marchands peu scrupuleux dévorés par les remords  ont-ils renoncé à leur commerce crapuleux ?… Non ! Justice a été rendue par la cour d’appel de Nancy et son verdict réjouira tous les possesseurs, amateurs, collectionneurs de « Muller ». L’importateur de copies de Muller (et autres verriers) a été condamné en appel courant mars 2005. Le commerce de faux est donc interdit et toutes les pièces en vente susceptibles d’être confisquées et détruites. Voilà qui est dit. Un audit comptable demandé par le juge aurait pu établir la liste des acheteurs et la rendre publique ce qui n’aurait sans doute pas été sans surprise. Malheureusement, cet audit était au frais des défenseurs des Muller et il leur sera difficile de réunir les fonds.

 

 

 

 

 

Voilà de quoi donner, sous la contrainte, un peu de conscience professionnelle aux marchands qui en étaient dépourvu ! C’est ainsi que le temple de l’antiquité et de la brocante de l’Ile sur Sorgue s’est vu débarrassé, pour son grand déballage du 15 août, de tous ses faux. De plus les organisateurs de la foire ont voulu donner du crédit à cette manifestation en procédant à une sélection rigoureuse des marchands. Un exemple qui sera, je le souhaite, suivi dans toutes les autres foires et salons pour le plus grand bien de tous les amateurs !

 

 

 

 

 

Malheureusement certains antiquaires et brocanteurs qui ont pignon sur rue dans cette région ne se soucient guère de l’image déplorable qu’ils donnent de leur profession. En effet j’ai encore vu dans leurs boutiques des faux Muller, des faux Daum, des faux Gallé….comme cette lampe aux coprins (original au Musée de l’Ecole de Nancy) posée par terre, dissimulée par un meuble, sans l’un de ses chapeaux comme si elle n’était qu’un objet de décoration.

 

 

 

 

 

Je rappelle que le meilleur moyen pour certifier tout achat d’objet ancien est une facture détaillée du vendeur datant et décrivant précisément l’acquisition car elle engage le marchand. Gallé, Muller, Majorelle aujourd’hui Daum, et d’autres demain. Qui pourra empêcher un faussaire de produire de viles copies et de les commercialiser comme authentiques en s’appropriant une signature ? La production artistique et industrielle du début du XXe siècle est menacée, contrefaite elle sera dépréciée ! Mais plus qu’une facture ou un jugement, une loi devrait protéger les acheteurs contre les faux et punir sévèrement les marchands abusant sans vergogne de leur titre et de notre naïveté.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

jordan fossard 10/05/2009 14:13

je tien à vus éliciter pour votre site. car je suis un passionné de la verrerie et des pates de verres anciennes. vraiment un grand bravo!

Benoît TALLO 15/05/2009 19:52


merci