la fluogravure - Muller Freres - Val Saint Lambert

Publié le par TALLOT Benoit

La fluogravure est une technique spécifique que les Muller ont perfectionnée et pour laquelle ils ont déposé un brevet. Nul ne sait lequel ou lesquels sont les auteurs de ses améliorations mais il est raisonnable de croire que Désiré, Eugène et Henri n’y sont pas étrangers. Si cette technique était déjà connue au Val St Lambert dès la fin du XIXe siècle, Eugène et Désiré y ont amené leur savoir faire avec eux entre 1905 et 1908.

Cette technique associe l’émaillage et la gravure à l’acide fluorhydrique. Pour simplifier, des couches d’émail (couche mince) à forte teneur en pigments (verre rendu quasiment opaque) sont appliquées successivement sur un blanc.

Ces couches de verre (d’émail) sont ensuite attaquées à l’acide soit en surface (polissage) soit en profondeur (gravure). Pour la gravure, les parties à respecter auront été préalablement enduites d’un protecteur comme le bitume de Judée, empêchant l’action de l’acide. Le rendu sera différent de la gravure sur verre multicouche :

-         le verre est opaque et non transparent,

-         les couleurs sont vives et réfléchissent la lumière alors qu’avec du verre multicouche, les couleurs sont révélées au mieux par une trans-illumination (le résultat est proche d’une peinture dans son rendu),

-         les couleurs sont en couches minces de sorte que le dénivelé entre chaque couche est difficilement perceptible,

-         techniquement la mise en œuvre est plus rapide que le polissage à la gravure à la roue.

Commenter cet article