Les animaux chez Muller Frères

Publié le par TALLOT Benoit

 

 Si le sujet des animaux est abordé au sujet des frères Muller, il est nécessaire de mettre à part l'ensemble constitué par les ouvres conjointes Chapelle / Muller qui sont au nombre de 14 :


-          le paon et la paonne                

-          le perroquet

-          la cacatoès

-          le coq,

-          la cigogne,

-          le pigeon,

-          le faisan

-          la chouette

-          la tortue,

-          l'escargot

-          le lion

-          le singe,

-          l'éléphant.

 

 

Ce groupe si particulier sera abordé lors d'un autre chapitre même s'il, par certain côté, n'est pas étranger au « bestiaire mullerien ».

 

 

 

Les animaux utilisés par les Frères Muller apparaissent très tôt mais sont surtout utilisés après l'installation à Croismare en 1919 et la création de Muller Frères. Auparavant, il est possible de rencontrer des insectes posés en cabochon par exemple ou des serpents voire des animaux bibliques (le serpents tentateur) ou mythologiques (le Sphinx). Après 1919,  la gent ailée (moineaux, chouettes ou hiboux, corbeaux, hirondelles, pigeons, cygnes, coqs, tétras, martins pêcheurs, mouettes, pingouins ou manchots, ibis) voit ses représentants majoritairement puisés dans la faune lorraine. Leur traitement varie bien évidemment en fonction des époques, naturaliste ou stylisé, mais le trait reste le même et la l'intention ne varie pas : saisir l'instant dans son émotion et le restituer dans la matière. Dans les animaux volants parfaitement identifiés il est possible de rencontrer des papillons, des cigales, des libellules, des coccinelles ou des abeilles.

 

 

 

Parmi les insectes, il faut aussi citer les scarabées.

 

 

 

Le temps passant, l'exotisme fait son apparition avec les lions, gazelles, singes, panthères et autres éléphants qui sont l'apanage de la période Art Déco. Ils remplacent sans les faire disparaître les animaux tant domestiques (chevaux, chien, moutons, etc.) que sauvages, (sangliers, écureuils, chevreuils, cerfs, ours, loups, bouquetins, bisons, etc.) qui eux, nés avec l'Art Nouveau, vivront une belle aventure avec l'Art Déco. Les scènes de chasse sont nombreuses.

 

 

 

Un mot sur le chat qui, me semble-t-il fait exception car je n'en ai pas encore vu.

 

 

 

L'étude ne serait pas complète sans aborder les poissons et autres animaux aquatiques qui, s'ils sont rares (méduses, esturgeons, hippocampes, crabes, étoiles de mer, etc.) n'existent presque exclusivement que pendant la période Art Déco.

 

 

 

Il me reste sans doute bien d'autres animaux à découvrir dans l'oeuvre des Muller et je reste à votre écoute pour m'enrichir.

 

 

 

Je vous parlerai bientôt des intercalaires (brevet de 1927) et des fleurs dans l'oeuvre des Frères Muller.

 

Commenter cet article